Le barrage de Saint Etienne Cantalès se situe sur le territoire de l’AAPPMA de Laroquebrou. Pour des raisons logiques de moyens humains et financiers, nous sommes en cogestion avec les AAPPMA voisines d’Aurillac et Maurs depuis l’an 2000, année de remise en eau suite à la vidange décennale.

Chaque année, le comité de gestion se réunit et décide de plusieurs actions en phase avec le Plan Départemental de Gestion Piscicole de la fédération comme :

  • La mise en place de réserves temporaires du 1er mars à l’ouverture du sandre dans certaines zones très favorables à la reproduction notamment du sandre
  • La mise en place de zones de pêche de nuit pour les carpistes
  • L’entretien du panneautage
  • L’ensemencement des berges pour favoriser la reproduction et nourrir les alevins
  • Le nettoyage des berges
  • L’alevinage pour un montant annuel d’environ 9000 euros
Alevinage

Aussi nous préparons l’avenir en montant des gros projets comme mettre des frayères flottantes, faire des retenues d’eau pour la reproduction ou améliorer les mises à l’eau.

Sous ce barrage il y a le batardeau de Nèpes d’une trentaine d’hectares que nous essayons de relancer depuis cette année en alevinant en sandres et poissons fourrages.

Pour 2016 il a été décidé d’aleviner uniquement en petit poissons fourrages car des inventaires par pêches aux filets réalisés cet été ont mis en évidence un déficit important en juvéniles de poissons blancs. Ce déficit peut avoir des répercussions sur la survie des juvéniles de carnassiers qui s’en nourrissent dès l’âge de quelques semaines (sandre, perche, brochet). Un déficit en proie accroît le cannibalisme ce qui peut influencer fortement la survie des juvéniles. En effet nous avons eu deux années consécutives de faible reproduction de poissons fourrages à cause de niveau d’eau trop bas à la fin du printemps. Ces espèces ont besoin de végétation aquatique pour se reproduire, des zones sont accessibles lorsque le niveau du lac est à son maximum. C’est pourquoi d’ailleurs des ensemencements de berges ont été relancés pour tenter d’accroître les surfaces de végétation submergées même lorsque le lac est bas. Selon les pisciculteurs il faut 4 à 5 kg de fourrage pour produire 1 kg de carnassiers.

Lacher de perches